Le projet

-o-

« Voir une image. Tenter de l’écrire (cette image, ce voir de l’image). Il y va de mon corps entier ».

Georges Didi-Huberman

-o-

Tableau d’une exposition 

Saisir l’instant du monde tel qu’il nous voit au moment où il se donne à voir et nous saisit : L’Epervier Incassable 2 est la version numérique d’un projet de livre fondé sur l’expérimentation de procédés scripturaires en vue de cette captation.

L’objet de la recherche réside moins dans la nouveauté que dans l’épuisement de modes opératoires pratiqués depuis les commencements de l’histoire de l’écriture. 

La pratique scripturaire relève ici de fonctions très anciennes telles que scripteur, imagier, scribe, tabellion, copiste. La notion d’auteur n’intervient aucunement dans la conduite du projet. 

Les publications sont réparties en cinq chapitres ou catégories :  

1 – Autobiographie de l’instant. Exploration de la saisie d’un quotidien sans préjuger de sa banalité ni des formes appliquées à sa recension

2 – Hupomnêmata. Un carnet rassemblant des notes de lectures et d’études selon la fonction décrite par Michel Foucault dans L’écriture de soi.

3 – Phragmes & méformes. Fragments d’expérimentations (in)formelles dans le domaine de l’invention poétique (brouillons, esquisses, éclats d’une langue errante) 

4 – Polaroïds. Collection d’images fabriquées à l’aide d’un appareil photographique à développement instantané de marque Polaroïd, inventé en 1947 par Edwin Herbert Land et commercialisé pour la première fois en 1948. Le modèle ici utilisé est OneStep 2 

5 – Reprises. Des archives reprises (dans le sens de réparer, raccommoder) en provenance de L’Epervier Incassable 1

Echappant à toute visée programmatique ou prédictive, le projet est à tout moment susceptible de muter, s’invalider ou s’autodétruire. Les modes qui lui donnent forme rassemblent les éléments d’un récit de soi fragmenté constitutifs d’un dire sans fin et par essence inachevable.  

-o-

Repères bibliographiques

L’écriture de soi de Michel Foucault. Le Degré zéro de l’écriture de Roland Barthes. Poésie: de Jacques Roubaud. Aperçues de Georges Didi-Huberman. Notes en vue du Livre de Stéphane Mallarmé. Le peintre de la vie moderneSalon de 1859 et Le spleen de Paris de Charles Baudelaire. Temps profond, essai de littérature arrêtée de Denis Roche.

-o-

Addenda

Au moment où il se lance dans l’écriture du livre dont il dit qu’il l’occupe « tout le temps depuis plusieurs années », Denis Roche a arrêté deux décisions définitives. Il en connaît le titre : Essais de littérature arrêtée. Et il sait « ce que doit être » ce livre, à savoir qu’il doit « absorber tout ce que je fais, que je vis, que je vois ». (cf. note Un livre sans fin in Hupomnêmata).